jeudi, mars 4, 2021

Commerce extérieur: le déficit se creuse à 1,20 milliard dollars en 2018

Dans la même catégorie

Chris Geiregat: La Tunisie a besoin d’une nouvelle direction économique, différente de celle de la décennie passée

« La Tunisie a besoin d’une nouvelle direction économique, une direction qui est différente de celle de la décennie...

TIA – APIA : Pour un meilleur accompagnement des investisseurs

M. Baligh Ben Soltane, président de l’Instance tunisienne de l’investissement ou Tunisia Invest Autority (TIA), et Mme Inji Dokki...

Nomination de Belgacem Tayaa au poste d’administrateur délégué de Tunisair

Le conseil d'administration de Tunisair a nommé Belgacem Tayaa au poste d'administrateur délégué de la compagnie aérienne nationale, selon...

Le Musée de la Monnaie de la Banque Centrale de Tunisie passe à l’ère digitale avec le soutien de l’Ambassade de Suisse

Le Musée de la Monnaie de la Banque Centrale de Tunisie fera peau neuve dans le cadre d’un projet...

Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES

Dans le cadre de l'application de l'article 14 du règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la lutte...

Au cours de l’année 2018, la balance commerciale tunisienne s’est détériorée, générant un déficit creusé de 3,46 milliards de dinars tunisiens (1,20 milliard de dollars américains), soit un taux de 22,2%, pour se situer à 19 milliards de dinars (6,5 milliards de dollars), l’équivalent de 17,9% du PIB, a-t-on appris samedi auprès de la Banque centrale de Tunisie (BCT).

Il s’agit d’un niveau record « jamais atteint auparavant », selon un rapport de la BCT pour l’exercice 2018.

Cette détérioration « s’explique par la progression des importations à un rythme dépassant celui des exportations (+20% et +19,1% respectivement) : le taux de couverture s’est par conséquent replié de 0,5 point de pourcentage pour revenir à 68,3% », a estimé la BCT.

Du côté des exportations, le rapport de la BCT fait état d’une bonne tenue des ventes des secteurs des industries manufacturières (17%) en raison de la dépréciation du dinar vis-à-vis surtout de l’euro.

Quant aux exportations du secteur de l’agriculture et industries agroalimentaires, le bilan global fait état d’un essor déclenché depuis 2017. Bien au contraire, fait savoir la BCT, les exportations du secteur des mines-phosphates et dérivés sont en berne avec une baisse qui est qualifiée de « minime ».

Du côté des importations, tous les groupes de produits ont connu une progression à des rythmes soutenus. Les importations des produits énergétiques ont enregistré une augmentation de 39,9%, sous l’effet de la hausse des achats des produits raffinés (+47,5%) et de gaz naturel (+41,4%).

Quant aux importations des produits alimentaires, elles ont connu une croissance de 15,7%, à la suite de la hausse des achats des produits céréaliers (blé et orge) de 30,2% pour atteindre un niveau record de 1,7 milliard de dinars.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Bourses européennes: Des indicateurs US décevants freinent la hausse des actions

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mercredi et loin de leurs plus hauts du jour tandis que...

A lire également