mardi, mars 2, 2021

Transparency International : L’UE ne devrait pas débloquer les avoirs de Marouen Mabrouk

Dans la même catégorie

Le Musée de la Monnaie de la Banque Centrale de Tunisie passe à l’ère digitale avec le soutien de l’Ambassade de Suisse

Le Musée de la Monnaie de la Banque Centrale de Tunisie fera peau neuve dans le cadre d’un projet...

Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES

Dans le cadre de l'application de l'article 14 du règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la lutte...

Mourad Ben Hassine : «Code Online» une nouvelle application qui proposera les prix de détail dans différents marchés tunisiens

«L’Institut national de la consommation s’apprête à lancer, à partir de la deuxième quinzaine de mars prochain, une nouvelle...

Tunisie Clearing, accréditée émetteur officiel

Tunisie Clearing a été accréditée en qualité d’émetteur officiel des Identifiants d’entités juridiques (LEI) par la Fondation Internationale des...

Situation financière du pays: Réserves de change dans le rouge

Selon la méthode ARA, régime flottant, la fourchette d’adéquation des réserves d’un pays doit être comprise entre 100% à...

L’UE ne devrait pas débloquer les avoirs de l’homme d’affaires tunisien et gendre du président tunisien déchu, Zine el Abidine Ben Ali, a déclaré, vendredi, Transparency International (IT).

« À la demande du ministère tunisien des Affaires étrangères, Mohammed Marouen Mabrouk, sera potentiellement rayé de la liste des 48 personnes sanctionnées par l’UE pour avoir détourné des avoirs de l’État tunisien en 2011, à la suite de la révolution tunisienne. Le groupe de travail Machreq / Maghreb (MAMA), chargé de la politique étrangère de l’UE et des questions de sécurité dans la région MENA, a déjà approuvé la demande du ministère des Affaires étrangères », a annoncé l’ONG internationale, sur son site web.

Mabrouk fait l’objet d’une enquête en Tunisie pour corruption. Le 15 novembre 2018, le Tribunal de l’Union européenne a confirmé l’inclusion de Mabrouk dans les listes des sanctions imposées par la Tunisie pour 2017 et 2018, comme il l’avait été auparavant pour 2015 et 2016.

« La demande du Chef du gouvernement, Chahed sera examinée par les diplomates de l’UE participant au Groupe de travail des conseillers en relations étrangères (RELEX), début janvier 2019 et confirmée par les ministres des Affaires étrangères de l’UE plus tard dans le mois », a encore écrit TI, dans son communiqué.

« Les gouvernements de l’UE devraient rejeter cette demande jusqu’à ce que les allégations de corruption soient tranchées », a déclaré Carl Dolan, directeur de Transparency International EU.

«Lors de la Journée internationale des droits de l’homme célébrée plus tôt ce mois-ci, les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont souligné l’importance du régime de sanctions de l’UE pour la défense des droits de l’homme. Ils envisagent de cibler les avoirs des auteurs de violations des droits de l’homme et de mettre fin à leur droit de se rendre dans l’UE. Accepter cette demande sélective et suspecte du gouvernement tunisien enverrait un message totalement erroné aux gouvernements corrompus et à leurs acolytes » a souligné TI.

Les démarches du chef de gouvernement, Youssef Chahed auprès de l’UE pour débloquer seulement les avoirs de Marouen Mabrouk et non ceux des personnes inscrites sur la liste des hommes d’affaires et personnes dont les avoirs ont été confisqués, ont été révélées par I watch, le 13 décembre 2018.

I watch, section de Transparency International en Tunisie, a rapporté, vendredi, dans un communiqué, que l’ONG internationale « condamne la persistance du chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed à demander la levée de la mesure de gel des avoirs de Marouane Mabrouk dans les pays de l’Union européenne ».

TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES

Dans le cadre de l'application de l'article 14 du règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la lutte...

A lire également