mercredi, janvier 20, 2021

Tunisie: le taux d’endettement s’élèverait à plus de 85%

Dans la même catégorie

L’inflation est l’ennemi principal de l’économie tunisienne

Quoi qu’il en soit, il convient de noter que l’inflation est le principal de l’économie tunisienne. Pour l’année 2015,...

Total: acquisition de 20% du capital du groupe indien Adani

Total a annoncé lundi l'acquisition auprès du groupe indien Adani d'une participation minoritaire de 20% dans Adani Green Energy...

Fitch Ratings: la baisse des taux d’intérêts impacte la rentabilité des banques tunisiennes

L’agence de notation américaine Fitch Ratings a donné ses appréciations à propos des banques tunisiennes, estimant que la prolongation...

L’UIB certifiée PCI-DSS pour la 3ème année consécutive

L’Union Internationale de Banques (UIB) vient d’être certifiée, pour la troisième année consécutive, PCI - DSS (Payment Card Industry...

Technologie: plus 400 startups créés à la faveur de la Loi Startup Act

Depuis le lancement officiel du Label Startup, plus de 400 jeunes pousses ont pu accéder au système d’incitation mis...

Les recettes fiscales ont été revues à la baisse de 12% au cours du premier semestre 2020, par rapport à la même période de l’année 2019, a souligné le ministre des Finances, Mohamed Nizar Yaïche, au palais du gouvernement. Lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation des principales mesures financières, fiscales et sociales pour la prochaine période, Yaïche a évoqué la diminution de 1% de l’impôt pour les personnes physiques au cours du premier semestre de l’année 2020 par rapport à la même période de l’année écoulée, alors que l’impôt infligé aux entreprises s’est réduit de 30%. Parallèlement, le taux de la valeur ajoutée (TVA) a régressé de 15,6%, tandis que la taxe sur la consommation a lâché 3,7% au cours de la même période.

Le déficit budgétaire devrait atteindre 7% du PIB à fin 2020, alors que le taux d’endettement s’élèverait à plus de 85%.

Selon Yaïche, la prochaine période requiert la conception d’un nouveau modèle de développement, puisqu’avec cette situation le pays ne saura pas se sortir de cette spirale de crise. Il faut, donc, adopter une nouvelle méthode pour réaliser la croissance, retrouver les équilibres du pays et améliorer le climat des affaires, étroitement lié au climat politique. Il a affirmé que plusieurs institutions de notation concernant la Tunisie, prennent en considération le climat politique qui a un impact sur l’économie et la confiance des investisseurs et des citoyens, considérant que l’amélioration du climat est une responsabilité collective.

Articles récents

Les Bourses européennes ont fini en léger repli malgré les gains de Wall Street

Les Bourses européennes ont fini en baisse modérée mardi en dépit de la progression de Wall Street, indifférentes aux...

Dans la même catégorie