samedi, septembre 26, 2020

BNP Paribas: L’endettement des entreprises risque de freiner la reprise

Dans la même catégorie

Les Bourses Européennes: Le risque sanitaire plombe les actions de la zone euro

Les principales Bourses de la zone euro ont terminé vendredi dans le rouge une semaine compliquée pour les marchés...

François Villeroy de Galhau: La BCE doit envisager de reformuler son objectif d’inflation

La Banque centrale européenne (BCE) doit envisager de reformuler son objectif d’inflation dans le cadre de la révision du...

Italian Exhibition Group: Ecomondo et Key Energy 2020, essentiels pour l’avenir du pays

Profondément innovants, comme toujours. En direct et par voie numérique, accessibles et sûrs, pour libérer le potentiel du marché...

Le budget allemand approuvé pour 2021 prévoit un endettement net frôlant les 100 milliards d’euros

Le gouvernement allemand a approuvé mercredi le projet de budget 2021 présenté par le ministre des Finances Olaf Scholz...

la Banque centrale européenne prépare un site de vente de créances bancaires

Les autorités européennes travaillent à la création d’un site internet qui permettrait de vendre des centaines de milliards d’euros...

L’endettement forcé des entreprises sera l’une des conséquences de la crise du coronavirus et pourrait, s’il se prolonge, agir comme un frein à la reprise de l’économie, dit-on chez BNP Paribas.

La chute vertigineuse de leur chiffre d’affaires en raison de la fermeture de large pans de l’activité afin de lutter contre la propagation de la pandémie a contraint de nombreuses entreprises à réduire leurs coûts, à puiser dans leurs réserves et à tirer sur leurs lignes de crédit, explique William de Vijlder, chef économiste de la banque française, dans une note publiée lundi.

Les pertes cumulées subies par les entreprises européennes pourraient excéder 720 milliards d’euros d’ici à la fin de l’année, voire dépasser 1.200 milliards d’euros en cas de scénario défavorable, selon des chiffres de la Commission européenne cités dans la note, ce qui obligera une partie d’entre elles à se recapitaliser et à emprunter.

Or “d’après la recherche économique, les sociétés les plus endettées réduisent davantage leurs investissements que les autres, ce qui limite l’efficacité de l’assouplissement monétaire”, écrit l’économiste de BNP Paribas.

“Ces entreprises lourdement endettées vont subir une perte durable de compétitivité vis-à-vis de leurs concurrentes mieux capitalisées”, ajoute-t-il.

Une solution pourrait venir de la mise en place de politiques économiques qui contribueraient à réduire le surendettement des entreprises et stimuleraient la croissance, ajoute-t-il.

“En d’autres termes, une politique économique visant à recapitaliser les entreprises devrait avoir des effets favorables durables sur la croissance, dès lors qu’elle réduit le risque de défaut à court terme, mais aussi, en particulier, qu’elle leur donne une bouffée d’oxygène leur permettant d’investir”, écrit William de Vijlder.

Articles récents

 L’AFC lance une obligation verte de 150 millions de francs suisse pour financer le développement durable de l’Afrique

La Société Financière Africaine ("l’AFC" ou la "Société"), le principal fournisseur de solutions d’infrastructure en Afrique, annonce aujourd'hui le...

La Bourse de New York finit la semaine dans le vert grâce aux technologiques

La Bourse de New York a fini en hausse vendredi de 1,34% après l’annonce de la hausse des commandes de biens durables aux Etats-Unis...

Les Bourses Européennes: Le risque sanitaire plombe les actions de la zone euro

Les principales Bourses de la zone euro ont terminé vendredi dans le rouge une semaine compliquée pour les marchés d’actions en raison notamment d’évolutions...

François Villeroy de Galhau: La BCE doit envisager de reformuler son objectif d’inflation

La Banque centrale européenne (BCE) doit envisager de reformuler son objectif d’inflation dans le cadre de la révision du cadre de sa politique monétaire,...

La valeur de Tesla perd 50 milliards de dollars malgré la promesse d’une batterie moins chère

Les investisseurs ont retranché mardi 50 milliards de dollars de la valeur marchande de Tesla malgré la promesse du patron du groupe, Elon Musk,...

Dans la même catégorie