vendredi, décembre 4, 2020

E-forum Tuniso-Britannique pour le commerce et l’investissement: La transition énergétique au cœur de la coopération bilatérale

La Tunisie participera en novembre 2021 à la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP26)

Dans la même catégorie

PLF 2021: Approbation de la loi des finances complémentaire et ses répercussions

La loi de finances complémentaire pour l’année 2020 a été finalement approuvé et la BCT a été autorisé en...

L’Union européenne approuve le budget 2021 mais attend un geste de Varsovie et Budapest

Les Etats membres de l’Union européenne et le Parlement européen ont approuvé vendredi le projet de budget du bloc...

INS – Enquête : 37,2% des entreprises tunisiennes risquent de fermer définitivement dans les conditions actuelles

37,2% des entreprises tunisiennes exerçant pendant le 3ème trimestre 2020, ont déclaré être confrontées au risque de fermer définitivement,...

L’Opep+ relève sa production de 500.000 bpj à partir de janvier

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, désignés sous le nom d’Opep+, ont accepté d’augmenter leur production...

Signature d’un partenariat stratégique entre la Poste Tunisienne et la société Vivo Energy Tunisie

Les clients des stations-services Shell peuvent désormais payer avec leur téléphone mobile! Vivo Energy Tunisie, la société qui distribue et...

La Chambre de Commerce Arabo-Britannique (ABCC), en partenariat avec l’ambassade de Tunisie au Royaume-Uni et la Chambre de commerce tuniso-britannique (TBCC) a organisé le « webinaire ABCC – Tunisia-UK Trade and Investment e-Forum » (le forum virtuel tuniso-britannique sur le commerce et l’investissement).

Dans son discours d’ouverture, le ministre tunisien de l’Economie, des Finances et du soutien à l’investissement, Ali Kooli, a déclaré que la Tunisie pourrait être une véritable opportunité pour de nombreuses entreprises désireuses de délocaliser leurs activités en Méditerranée. « La richesse de l’écosystème axé sur les nouvelles technologies, l’innovation et le respect des normes et réglementations internationales sont de bonnes raisons de croire réellement en notre partenariat », a-t-il déclaré.

« Les relations entre le Royaume-Uni et la Tunisie existent depuis des siècles puisque le premier traité réglementant le commerce entre la Tunisie et la Grande-Bretagne a été établi en 1662 et depuis lors, nos deux pays ont fait des progrès significatifs en matière de commerce et d’investissement atteignant 1,7 milliard de dinars », selon Kooli.

Il a affirmé être convaincu que les deux pays pourraient développer davantage leur coopération, notamment grâce à l’accord d’association signé à Londres entre la Tunisie et le Royaume-Uni qui,  » espérons-le, sera bientôt ratifié par la Chambre des représentants du peuple (HPR) ».

90 entreprises britanniques en Tunisie

« Aujourd’hui, nous avons environ 90 entreprises britanniques en Tunisie employant près de 20 000 personnes dans l’électronique, le tourisme, les transports, les assurances, etc. et jouant un rôle important dans le développement de l’économie tunisienne », a-t-il indiqué.

La Tunisie pourrait être une porte d’entrée pour l’Afrique puisqu’elle a signé plusieurs accords dont celui du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA) et permettrait à plusieurs entreprises britanniques d’atteindre ces marchés par son biais, a-t-il avancé. Parlant du domaine de l’énergie et de l’environnement, le ministre a déclaré que de nombreuses entreprises britanniques travaillent dans ce domaine en Tunisie.

Afin de développer un modèle économique durable, la Tunisie a entrepris des réformes majeures pour s’attaquer aux problèmes environnementaux avec des mesures concrètes pour la production d’énergie renouvelable, avec l’objectif d’atteindre un mix énergétique de 30% d’ici 2030.

La participation de la Tunisie à la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP26), prévue pour novembre 2021 à Glasgow, en Ecosse, sera l’occasion de discuter d’un véritable partenariat dans la transition énergétique, a-t-il souligné.

« La Tunisie est aujourd’hui une nouvelle démocratie avec un esprit d’entreprise jeune et plein d’espoir et une vie culturelle et sociale dynamique ; ce sont des incitations supplémentaires à croire en la Tunisie et c’est pourquoi en choisissant la Tunisie vous faites un pari gagnant », a-t-il conclu.

Pour sa part, Damien Moore, député britannique et président du groupe parlementaire multipartite sur la Tunisie, s’est dit réjoui d’avoir été nommé par le Premier ministre britannique comme envoyé commercial pour la Tunisie.

« Mon travail sera également facilité par l’agence britannique de crédit à l’exportation UK Export Finance qui vient d’augmenter son marché des risques pour la Tunisie à 2,5 milliards de livres », a-t-il dit. Il a fait remarquer que la Tunisie a beaucoup plus à offrir au Royaume-Uni dans plusieurs domaines, tels que l’intelligence artificielle, la robotique, les textiles et les énergies renouvelables.

Articles récents

L’Union européenne approuve le budget 2021 mais attend un geste de Varsovie et Budapest

Les Etats membres de l’Union européenne et le Parlement européen ont approuvé vendredi le projet de budget du bloc...

Etats-Unis: Les créations d’emplois déçoivent, le taux de chômage baisse

Les créations d’emplois aux Etats-Unis sont tombées en novembre à leur plus bas niveau en six mois sur fond de reprise de l’épidémie de...

Les Bourses européennes ont terminé en hausse, Les espoirs de relance aux USA reprennent l’avantage

Les Bourses européennes ont terminé en hausse vendredi, les chiffres inférieurs aux attentes de l’emploi aux Etats-Uni ayant renforcé les attentes de nouvelles mesures...

INS – Enquête : 37,2% des entreprises tunisiennes risquent de fermer définitivement dans les conditions actuelles

37,2% des entreprises tunisiennes exerçant pendant le 3ème trimestre 2020, ont déclaré être confrontées au risque de fermer définitivement, dans les conditions actuelles, c'est...

L’Opep+ relève sa production de 500.000 bpj à partir de janvier

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, désignés sous le nom d’Opep+, ont accepté d’augmenter leur production de pétrole de 500.000 barils...

Dans la même catégorie