dimanche, mars 7, 2021

Allemagne :  La croissance ralentira par rapport au niveau de 2017, mais elle restera dynamique

▪ Les hausses de salaires tireront l’inflation en 2018-2019 ▪ Montée du protectionnisme et Brexit désordonné constituent les principaux risques

Dans la même catégorie

Allemagne: Hausse plus forte que prévu des commandes à l’industrie en janvier

Les commandes à l'industrie allemande ont augmenté deux fois plus que prévu en janvier, la forte demande étrangère ayant...

Bourses européennes: Nouveau recul des actions malgré le dynamisme de l’emploi US

Les Bourses européennes ont terminé dans le rouge vendredi, les chiffres meilleurs qu'attendu de l'emploi aux Etats-Unis n'ayant pas...

Les Bourses européennes ont fini dans le rouge en attendant Powell, le CAC 40 inchangé

A l'exception de Paris, les principales Bourses européennes ont fini en baisse jeudi dans l'attente du discours que doit...

Bourses européennes: Des indicateurs US décevants freinent la hausse des actions

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mercredi et loin de leurs plus hauts du jour tandis que...

Luis de Guindos: L’inflation en zone euro devrait dépasser les prévisions en 2021

Il est clair que l'inflation dans la zone euro dépassera les prévisions de la Banque centrale européenne (BCE) cette...

La croissance a décéléré au S1-2018. Le PIB a augmenté de 1,5 % en rythme annuel au T1-18 et au T2-18 après presque 3 % en moyenne en 2017, une progression significativement supérieure au potentiel. Les chiffres du S1-18 témoignent davantage d’une normalisation de l’activité que d’un ralentissement durable. La croissance devrait atteindre 2,1 % en 2018 et 1,7 % en 2019.

La croissance des exportations sera dynamique en 2018-2019, mais moins forte qu’en 2017 en raison du ralentissement du commerce mondial observé en début d’année. La demande intérieure restera donc le principal moteur de l’activité. Le resserrement des conditions sur le marché du travail devrait pousser les salaires à la hausse. Le revenu des ménages accélérera donc cette année, avant de retrouver son rythme de croissance de 2017 l’année prochaine. Par ailleurs, nous attendons une baisse puis une stabilisation du prix du pétrole, ce qui soutiendra le pouvoir d’achat. Au total, la consommation des ménages restera robuste sur notre horizon de prévision. La croissance de l’investissement se modérera en 2018-2019. En effet, la montée des protectionnismes pourrait pousser les entreprises à reporter certaines de leurs dépenses, notamment dans les secteurs positionnés à l’exportation. Dès lors, le rattrapage, après plusieurs années de sous-investissement, se poursuivra à un rythme plus modéré qu’en 2015-2017.

Source: Thomson Reuters Datastream

L’accélération des salaires tire les coûts salariaux unitaires à la hausse. L’inflation sous-jacente devrait par conséquent accélérer sur notre horizon de prévision. Avec la stabilisation des prix du pétrole, l’inflation atteindrait 1,6 % en 2018 et 1,5% en 2019. Dans ce contexte, la BCE devrait poursuivre une stratégie de sortie très graduelle de sa politique monétaire expansionniste. Elle arrêterait ainsi, comme annoncé, ses achats d’actifs en décembre. Nous n’attendons pas de hausse des taux directeurs avant septembre 2019.

Les risques sur ce scénario sont d’abord politiques, concentrés autour du Royaume-Uni (en cas de sortie désordonnée de l’UE) et de l’Italie (si le gouvernement perdait la confiance des marchés). Une nouvelle hausse des prix du pétrole et la montée du protectionnisme commercial sont d’autres facteurs pouvant affecter l’activité. Enfin, nous surveillerons le découplage croissant entre l’Italie et le reste de la zone euro. En effet, la croissance reste solide en Allemagne, en Espagne et devrait rebondir en France, tandis qu’au vu des indicateurs avancés, elle semble ralentir de façon marquée en Italie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Kais Saied renouvelle ses félicitations au Groupe Telnet

Le président de la République, Kais Saied, a renouvelé, jeudi, ses félicitations au Groupe Telnet, qui a réussi à...

A lire également