La Banque d’Angleterre suggère un futur resserrement de sa politique monétaire

La Banque d’Angleterre a laissé sa politique monétaire inchangée jeudi, comme attendu, mais a donné des indications sur le retrait progressif de son soutien à l’économie.

« Le Comité de politique monétaire (MPC) a l’intention de commencer à réduire le montant d’actifs achetés lorsque le taux directeur aura atteint 0,5%, si cela est approprié compte tenu des circonstances économiques », en cessant de réinvestir les obligations d’État britanniques arrivant à échéance, a déclaré la BoE dans un communiqué.

La banque centrale a ajouté qu’elle envisagerait de vendre activement ses actifs lorsque le taux atteindrait au moins 1%.

La BoE a indiqué que sept membres du MPC, contre un, ont voté pour le maintien de son programme d’achats d’obligations d’Etat à 875 milliards de livres (1.028 milliards d’euros).

Seul Michael Saunders a voté en faveur d’une réduction de ce programme d’achats d’actifs.

Le maintien du taux directeur à 0,1%, son plus bas niveau historique, et celui du programme dédié aux achats d’obligations d’entreprise à 20 milliards de livres ont été décidés par un vote unanime.

Ce statu quo était anticipé par tous les économistes interrogés par Reuters avant la réunion MPC, en dépit de l’accélération de l’inflation.

L’inflation britannique a accentué sa progression en juin pour atteindre 2,5% sur un an, au plus haut depuis août 2018, et la BoE a indiqué dans ses nouvelles prévisions qu’elle était en passe de dépasser encore davantage son objectif de 2% dans les mois à venir, mais de façon temporaire.

Selon l’institution, l’indice des prix pourrait grimper jusqu’à 4% en fin d’année et début 2022 alors qu’en mai, elle anticipait un plus haut à 2,5%.

La BoE a également fait savoir qu’elle maintenait une prévision de croissance économique de 7,25% pour cette année mais qu’elle relevait sa prévision de PIB à 6% pour 2022 contre une précédente estimation de 5,75%.

Sur les marchés, la livre sterling a brièvement accentué ses gains face au dollar et à l’euro après les annonces du MPC tandis que le rendement des obligations d’Etat britanniques à 10 ans a atteint son plus du jour, à 0,54%, avant d’effacer ses gains.

Articles récents

A lire également