lundi, mars 1, 2021

L’économie française, le PIB devrait reculer de 20% au deuxième trimestre

Dans la même catégorie

Les Bourses européennes ont terminé la semaine en baisse avec les craintes sur l’inflation

Les Bourses européennes ont terminé en baisse vendredi, la récente envolée des rendements obligataires, déclenchée par les inquiétudes concernant...

Zone euro: Les prêts aux entreprises ralentissent avec le retour de la récession

Les prêts aux entreprises de la zone euro ont ralenti le mois dernier, alors que le flux de nouveaux...

Les Bourses européennes ont fini en hausse, mais les craintes sur l’inflation demeurent

Les Bourses européennes ont fini en hausse mercredi au terme d'une séance hésitante, tiraillées entre la confiance des investisseurs...

Allemagne: Le PIB soutenu par l’export et la construction au 4e trimestre

Le dynamisme des exportations et de la construction a permis à l'économie allemande de rebondir plus vigoureusement qu'estimé initialement...

Zone Euro: l’inflation est de retour depuis 6 mois

Le taux d'inflation dans la zone euro est redevenu positif en janvier pour atteindre 0,9% sur un an, son...

Depuis le début du déconfinement l’activité est repartie « prudemment mais nettement » en France, mais le produit intérieur brut (PIB) devrait quand même chuter « d’environ 20% » au deuxième trimestre, et de plus de 8% sur l’ensemble de l’année dans un scénario optimiste, a indiqué mercredi l’Insee.

L’économie française tournerait actuellement « à environ quatre cinquièmes de son niveau d’avant crise », contre deux tiers pendant le confinement, précise l’Institut national de la statistique dans un nouveau point de conjoncture.

« La plus importante récession depuis 1948 »
« L’activité économique en juin pourrait être de l’ordre de 14% inférieure à la normale (après -25% en moyenne en mai et -35% en moyenne en avril) », estime l’Insee, laissant augurer une chute du PIB d’environ 20% sur le deuxième trimestre, après le recul de 5,8% enregistré au premier.

Il s’agirait « de la plus importante récession depuis la création des comptes nationaux en 1948 », précise l’institut, qui souligne que cette prévision doit être prise « avec précaution », étant donné l’incertitude du rythme de reprise dans les semaines qui viennent.

Un retour à la normale prendra vraisemblablement « de longs mois », et même si l’activité revenait à son niveau d’avant crise dès juillet, le PIB français diminuerait de 8% sur l’année 2020.

« Un monde qui n’est plus exactement le même qu’avant la crise sanitaire »
Ce chiffre correspond au niveau de récession qu’envisage le gouvernement cette année. « Or un retour aussi rapide à la normale semble peu réaliste. L’impact global de la crise sanitaire en 2020 sera donc certainement supérieur à ce chiffre », estime l’Insee. »Après près de deux mois au ralenti, comme en apnée, l’économie française s’efforce ainsi de reprendre son souffle. Mais elle refait surface dans un monde qui n’est plus exactement le même qu’avant la crise sanitaire », ajoute l’institut.

Depuis le 11 mai, le déconfinement a permis une reprise de l’activité dans tous les secteurs. Dans les branches marchandes, les plus touchées par le confinement, la perte d’activité est de -25% contre -39% avant le déconfinement. Elle est de -38% dans la construction (contre -75% avant le 11 mai), et de -24% dans l’industrie (contre -38%).

Surtout, avec la réouverture de nombreux commerces, la consommation des ménages a connu un « rebond » pendant la première semaine du déconfinement, avec un niveau seulement inférieur à 6% à son niveau d’avant-crise (contre -32% début mai), même si une partie n’est que partielle, du fait d’achats reportés, souligne l’Insee.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Tunisie Clearing, accréditée émetteur officiel

Tunisie Clearing a été accréditée en qualité d’émetteur officiel des Identifiants d’entités juridiques (LEI) par la Fondation Internationale des...

A lire également