Une incertitude croissante semble avoir dominé le paysage économique mondial en 2018

Date:

 

Comment l’expliquer ?
2018 a été une année fascinante. Les premiers mois, tous les indicateurs macroéconomiques mondiaux étaient au beau fixe. Dans la zone euro, l’atmosphère débordait de confiance. Puis des nuages sont progressivement venus obscurcir l’horizon. Ce revirement résulte de deux grandes sources d’incertitude.

La première tient à l’évolution conjoncturelle : lorsqu’un cycle économique atteint une certaine maturité, comme c’est le cas aux Etats-Unis où le cycle actuel dure depuis 2009, on s’interroge sur le temps qu’il lui reste à vivre. Outre-Atlantique, le niveau de chômage est aujourd’hui si bas que les entreprises ont énormément de mal à pourvoir les postes vacants. D’où la crainte inflationniste qui s’est accélérée début février. Puis – et c’est un tournant fondamental de cette fin d’année 2018 – les anticipations sur le ralentissement de la croissance ont pris le dessus. Certaines économies sont particulièrement affectées. En Allemagne par exemple, les entreprises s’alarment de plus en plus de la baisse de leurs carnets de commande à l’export. Cette coexistence de craintes d’accélération de l’inflation et de décélération de la croissance n’est pas contradictoire : elle traduit la nervosité des investisseurs à un stade avancé du cycle.

La seconde source d’incertitude est exogène, contextuelle. En 2018, la menace de guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine est devenue prépondérante. Cependant, l’issue devrait être positive. Dans un contexte global de croissance ralentie, les deux pays ont tout intérêt à parvenir à un accord en 2019, ce qui provoquerait un rebond du moral des entreprises, de la confiance des ménages…

En ce qui concerne le Brexit, la date fatidique du 29 mars pourrait être reportée mais de quelques semaines ou mois tout au plus. Il reste donc difficile de se prononcer sur l’avenir des relations commerciales internationales. Le premier semestre 2019 devrait nous apporter les clarifications nécessaires.

Quelles conséquences pour 2019 ?
En 2018, on a assisté à un ralentissement de la croissance au niveau mondial, à l’exception des Etats-Unis. En 2019, cette tendance devrait se prolonger et se généraliser. Outre-Atlantique, le taux de croissance devrait tomber de 2,9 % à 2,1 %. Dans la zone euro, il devrait passer de 1,9 % à 1,4 % environ. Ces niveaux demeurent tout à fait satisfaisants mais tout ralentissement est anxiogène. C’est un cercle vicieux : l’incertitude se répercute sur l’appétence au risque des investisseurs, les bénéfices des entreprises, les salaires… Aux Etats-Unis, les entreprises et les marchés financiers ont ainsi tendance à se focaliser sur les risques extrêmes plutôt que sur le consensus de croissance. En revanche, la crainte face au risque inflationniste devrait s’atténuer. C’est ce qui a permis à la Réserve fédérale d’annoncer son intention de modérer le rythme du relèvement des taux. Comme je le disais, les différents facteurs exogènes d’incertitude devraient s’atténuer en cours d’année. Toutefois, le sentiment des agents économiques évolue lentement et ce début d’année 2019 sera donc marqué par beaucoup d’interrogations.

Comment la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE) réagissent-elles ?
Pour ne pas risquer d’assécher la croissance, la Fed comme la BCE affichent une grande prudence. Si la Fed a déjà remonté son taux officiel à plusieurs reprises, elle a récemment annoncé y mettre un frein. De son côté, Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, a fait le constat d’un bilan annuel positif avec des « risques globalement équilibrés » et une inflation contenue. Au regard de l’évolution des indicateurs, l’hypothèse d’un premier relèvement du taux d’intérêt des dépôts après l’été 2019 est tout à fait justifiable. Ces deux politiques monétaires pourraient alors se retrouver désynchronisées, avec une impulsion inversée. Cette évolution, majeure pour la politique de change, viendrait favoriser l’euro face au dollar.

Comment les marchés émergents ont-ils subi les effets de cette incertitude grandissante ?
Pour ces marchés, la toile de fond est beaucoup plus hétérogène avec des spécificités propres à certains pays comme la Turquie, l’Argentine ou le Brésil par exemple. Globalement, la crainte de la remontée des taux de la Fed et d’un dollar fort s’est amoindrie. Depuis quelques semaines, les devises locales se sont plutôt stabilisées par rapport au dollar. Cependant, la baisse du coût des matières premières pénalise ces pays fournisseurs de produits intermédiaires. Même en excluant le Brésil, l’Amérique latine est à la traîne, et ce depuis 2016. En 2019, la région devrait continuer à sous-performer. En Chine, le ralentissement continue ce qui pourrait conduire à de nouvelles mesures de politique économique pour soutenir la croissance.

William De Vijlder

Partager l'article:

Articles Recents

S'abonner

VIDÉOS SPONSORISÉES
VIDÉOS SPONSORISÉES

00:00:32

Lancement du nouveau Huawei Nova Y61

Huawei Consumer Business Group annonce le lancement du HUAWEI nova Y61, le plus récent smartphone de la série HUAWEI nova Y.
00:01:21

Samsung innove dans le suivi santé et bien-être avec les Galaxy Watch5 et Galaxy Watch5 Pro

Les nouvelles Galaxy Watch5 Series proposent des fonctionnalités de suivi du sommeil pertinentes et un design personnalisé pour façonner les habitudes de santé et bien-être au quotidien.

CONTENUS SPONSORISÉS
CONTENUS SPONSORISÉS

OPPO A78, le nouveau smartphone bientôt en Tunisie

OPPO, la marque leader sur le marché mondial des appareils connectés, vient d’annoncer l’arrivée sur le marché tunisien de son dernier smartphone A78, à partir du 1er septembre 2023.
00:03:27

OPPO Tunisie lance les nouveaux smartphones Reno8 T 4G, Reno8 T 5G, un design élégant et une fluidité totale

OPPO vient d’annoncer le lancement, en Tunisie, de ses derniers modèles de smartphones de la série Reno, les nouveaux Reno8 T et Reno8 T 5G, avec une offre spéciale durant tout le mois de mars 2023.

Oppo consolide sa position et met en avant la nouvelle technologie de son Reno7

OPPO, la marque internationale leader dans l’industrie des smartphones et des objets connectés, a développé ces dernières années sa position et ses activités en Tunisie, dans le cadre d’une extension sur les marchés de la région Moyen Orient et Afrique.

OPPO Reno7 : L’Expert du portrait qui capture vos différentes personnalités

En tant que première série de smartphones à se spécialiser dans la photographie de portrait, la série Reno d’OPPO a ouvert la voie à une nouvelle génération de portrait intelligent à l’aide d’une technologie révolutionnaire et des algorithmes d'intelligence artificielle.

A lire également
A lire également

Chine: Les exportations ont progressé en novembre, les importations déclinent

Les exportations de la Chine ont progressé en novembre pour la première fois en six mois tandis que les importations ont reculé de manière inattendue, montrent des données officielles publiées jeudi.

La Bourse de New York termine en baisse, l’énergie pèse

La Bourse de New York a fini en baisse mercredi, pénalisée par les plus grosses capitalisations et le secteur de l'énergie, même si la publication d'indicateurs montrant une décélération du marché de l'emploi aux Etats-Unis a alimenté les espoirs d'une prochaine baisse des taux de la Réserve fédérale.

Etats-Unis: Le privé a créé moins d’emplois qu’anticipé en novembre

Le secteur privé aux Etats-Unis a créé moins d'emplois que prévu en novembre, montre mercredi l'enquête mensuelle du cabinet ADP.

Le bitcoin dépasse les 40.000 dollars pour la première fois depuis mai 2022

Le bitcoin a dépassé les 40.000 dollars pour la première fois depuis mai 2022, soutenu par les anticipations de baisse des taux d'intérêt aux États-Unis et l'espoir qu'un premier ETF (fonds négocié en Bourse) exposé au bitcoin soit autorisé par les régulateurs américains.

COP28 – Un membre du conseil démissionne après des révélations sur les contrats pétroliers

La membre du conseil consultatif de la conférence des Nations unies sur le climat (COP28), Hilda Heine, a démissionné vendredi après la publication d'informations selon lesquelles les Émirats arabes unis auraient tenté de profiter de leur rôle de pays hôte pour conclure des accords sur le pétrole et le gaz pendant le sommet, selon sa lettre de démission consultée par Reuters.

Japon: La politique de la BoJ a créé de fortes tensions sur le marché obligataire

Le programme massif d'achat d'actifs de la Banque du Japon (BoJ) mis en place en 2013 a entraîné une forte détérioration du fonctionnement du marché obligataire,

Chine: L’activité manufacturière progresse de manière inattendue en novembre

L'activité manufacturière en Chine a progressé de manière inattendue en novembre, montre une enquête privée publiée vendredi, portée par la hausse des nouvelles commandes.

Climat: La COP28 s’ouvre à Dubaï, dans un monde placé sur une trajectoire de réchauffement aux conséquences de plus en plus dangereuses

La 28ème Conférence des Parties sur le Climat de l'ONU (COP 28) s'est ouverte, jeudi, à Dubaï Expo City aux Émirats arabes unis, au moment où l'ONU alerte sur "une trajectoire de réchauffement catastrophique allant jusqu'à 2,9 °C au cours de ce siècle", faute d'engagements climatiques suffisants.