jeudi, septembre 24, 2020

L’économie turque peut sortir plus puissante qu’avant de la pandémie du Covid-19

Dans la même catégorie

Le budget allemand approuvé pour 2021 prévoit un endettement net frôlant les 100 milliards d’euros

Le gouvernement allemand a approuvé mercredi le projet de budget 2021 présenté par le ministre des Finances Olaf Scholz...

la Banque centrale européenne prépare un site de vente de créances bancaires

Les autorités européennes travaillent à la création d’un site internet qui permettrait de vendre des centaines de milliards d’euros...

Les Bourses en Europe finissent dans le désordre, l’inquiétude demeure

Les principales Bourses européennes ont terminé mardi en ordre dispersé après leur net repli de la veille, la persistance...

Les Bourses européennes ont vécu leur pire journée depuis juin

Les Bourses européennes ont terminé en forte baisse lundi et Wall Street creusait ses pertes en fin de matinée,...

Les principales Bourses européennes dans le rouge pour finir la semaine, les banques et les transports pèsent

Les principales Bourses européennes ont terminé la séance de vendredi dans le rouge, pénalisées notamment par les banques et...

Alors que la Chine voit son image se détériorer depuis un certain temps, d’autres pays, surtout la Turquie, peuvent devenir les nouvelles bases de production.

L’économie turque peut sortir plus puissante qu’avant. La TUBA estime que, comme toutes les autres pandémies, le Covid-19 engendrera des transformations structurelles, économiques, sociales et politiques.

L’Académie prévoit également que l’État jouera un rôle grandissant dans l’économie, ainsi qu’une tendance nationaliste dans ce domaine.

La transportation, le tourisme et les services seront les secteurs les plus touchés par la pandémie. L’infrastructure sanitaire et la sécurité alimentaire deviennent de plus en plus importantes, et les marchés monétaires et de crédit signalent un passage au système numérique.

Un problème de confiance émane de la pandémie, non seulement dans les marchés financiers, mais dans tous les domaines de la vie. La Chine sera, selon les estimations, le pays le plus frappé par ce problème à moyen et long terme. Nombreuses entreprises de production et de consommation cherchent à diversifier leurs sources d’offre, après les difficultés qu’elles ont connues à cause de la pandémie.

Par ailleurs, ce problème a un autre aspect : certains consommateurs ne veulent plus les biens produits en Chine. Les produits chinois avaient perdu leur prestige aux États-Unis déjà, à un certain degré, à cause de la guerre commerciale entre Washington et Pékin. L’image des produits chinois se détériorent davantage.

Il semble, en outre, une fois la pandémie terminée, que la Chine en sera tenue responsable.

Certains pays, dont la Turquie, peuvent saisir l’opportunité pour sortir de cette crise plus puissants qu’avant, à moyen terme.

La capacité industrielle de la Turquie est remarquable. La Turquie, membre du G20, est le premier pays sur la liste des « éventuels pays où glissera la production ».

Le pays offre une capacité de production souple, une proximité géographique aux grands marchés et une main d’œuvre à faible coût : voilà un pays qui peut devenir une base de production pour les pays de la région.

La qualité des produits turcs est déjà admirée depuis longtemps par le monde entier.

Il sera très important pour les exportateurs turcs de pouvoir atteindre le marché américain, après les marchés européen et africain.

Cependant, la Turquie n’est pas le seul pays qui cherche à se renforcer après la pandémie. Ainsi, des voies de coopération et des partenariats doivent être pris en considération avec ces acteurs.

Il ne faut pas oublier que la Chine accordait la priorité à ses propres intérêts, dans ses échanges économiques et commerciaux, ce qui a accéléré la détérioration de son image.

Pourtant, la Turquie est un possible partenaire qui a besoin de capital, et qui offre une main d’œuvre et une capacité de production puissantes.

Après avoir émergé dans la ville chinoise de Wuhan en décembre dernier, le Covid-19 s’est propagé dans le monde entier.

Le bilan global des décès des suite du nouveau coronavirus a dépassé les 191 mille, avec plus de 2,73 millions de cas confirmés dans le monde.

Cependant, il est à noter que plus de 751 mille personnes se sont rétablies de la maladie.

Articles récents

Tunisie: l’Union Européenne lance TEX-MED ALLIANCES, le 29 septembre 2020

TEX-MED ALLIANCES « Alliances méditerranéennes des textiles pour le développement des entreprises, l’internationalisation et l’innovation », projet de coopération...

Hyundai en discussion avec l’UE sur le rachat de Daewoo

Hyundai Heavy Industries, numéro un de la construction navale, est en pourparlers avec les autorités européennes de la concurrence, auxquelles elles pourraient faire des...

Le budget allemand approuvé pour 2021 prévoit un endettement net frôlant les 100 milliards d’euros

Le gouvernement allemand a approuvé mercredi le projet de budget 2021 présenté par le ministre des Finances Olaf Scholz qui prévoit une nouvelle dette...

Attijari Bank annonce une régression de 17,07% du bénéfice net au 30 Juin 2020

Les états financiers intermédiaires relatifs au premier semestre 2020 de la Banque Attijari de Tunisie révèlent une embellie du chiffre d’affaires de 3,8% en...

L’accès au financement constitue le principal obstacle pour 39,4% des entreprises tunisiennes

L’accès au financement est le principal obstacle au développement des entreprises en Tunisie pour 39,4% des chefs d’entreprises interrogés dans le cadre d’une enquête...

Dans la même catégorie